accueil   à propos 

liens  

 

   guide radio      étrangères      radios du net            numérique      par la télé        autres ondes

 

 

   actu radio        dossiers          anciennes grilles      pubs tv            logothèque      radios disparues     dico radio      contact

 


 dossier

LA RADIO NUMÉRIQUE

III - POUR L'AUDITEUR, QU'EST-CE QUI VA CHANGER ?

2)    Autres nouveautés de la radio numérique

Fini souffles et grésillements, avec le numérique, la radio s’écoutera presque comme le dernier album d’Oasis ou Indochine. La qualité sera proche du CD avec un son très clair… quand il y en aura un. A la différence de la FM où l’on pouvait se contenter d’une réception correcte en déchiffrant le signal sous un bruit de fond, avec le numérique soit ça passe, soit ça ne passe pas. Noir ou blanc. Tout ou rien. « Le numérique permet de se protéger des brouillages plutôt que des grésillements on aura un son de bonne qualité. » explique Jérôme Hirigoyen, directeur de projet radio numérique à TDF. Avec le numérique, fini aussi les conversations entre pilotes d’avions et tour de contrôle que l’on entend parfois sur certaines fréquences FM.

La radio de demain offrira une meilleure qualité d’écoute et permettra aussi d’associer le son avec l’image. La norme de diffusion T-DMB étant à l’origine conçue pour de la télé, la radio va pouvoir exploiter cette technologie et diffuser des images ou des animations sur les écrans des récepteurs. La radio va devenir interactive. Ce n’est pas le cas avec la norme DAB présente dans d’autres pays, elle permet juste d’envoyer des images. Le dispositif est déjà en test. RTL a mis en ligne une version édulcorée de son site Internet. (cf. photo) On y trouve la grille des programmes, la météo, quelques infos et l’émission en cours comme l’invité de Jean Michel Apathie à 7h50, dès que le journaliste pose la première question, sa photo et celle de son invité s’affichent sur le poste. Autre possibilité : publier le nom de l’artiste et de la chanson diffusée et pourquoi pas la pochette du disque ou encore créer un système de messages instantanés, comme le SMS. « C’est envisageable sur des téléphones portables équipés d’un récepteur de radio numérique » explique Jérôme Hirigoyen de TDF. A part ces quelques pistes, on ne sait pas vraiment à quoi ressembleront ces données associées, les radios préférant rester discrètes à ce sujet.

Si les grandes radios ont les moyens de développer ces mini-sites et ont de quoi les alimenter en contenu, le problème se pose pour les plus petites structures, les radios associatives qui se contenteront sans doute de leur logo et d’un affichage des titres en cours.

Rachid Arhab, membre du CSA, président du groupe de travail sur la radio numérique. (Interview animafac.net) :

La radio fera-t-elle de la vidéo ?

La radio numérique n’est pas de la télé au rabais. Les données associées sont une dimension nouvelle et supplémentaire : chacun doit y apporter ce qu’il pense pouvoir apporter. En ce sens, les radios associatives ont toujours fait preuve de créativité, elles ont été l’imagination au pouvoir. Pour l’utilisation de ces données associées comme pour le reste, elles ont leur place : il n’y a pas de raison qu’elles ne continuent pas à faire preuve de leur originalité dans le paysage radiophonique. Les radios s’affolent en pensant qu’elles vont devoir faire de la vidéo, mais il peut s’agir de photos, de données simples : du service de proximité. Il faut penser à ce que les auditeurs attendent !

 

Jean Marie Gauthier, directeur d’antenne de Vivre FM :

Vous êtes à la tête d’une radio associative avec moins de moyens que d’autres pour les données associées, Comment ça se passe ?

On a remis au CSA un plan de remplissage des données associées. On ne va pas faire de la télé, on diffusera un contenu en lien avec nos émissions actuelles et des infos pratiques comme on le fait déjà sur Internet. Nous recevons beaucoup d’associations en lien avec les personnes handicapées. Dans les données associées, nous publierons logiquement leurs coordonnées.

Ce sera difficile à mettre en place ?

On ne sait pas. Normalement cela devrait être une interface mis à notre disposition par TDF, mais nous n’avons eu aucune formation là-dessus et on n’a pas plus de renseignements. »

Notons tout de même que Vivre FM s’adresse notamment aux personnes handicapées, parmi lesquelles des personnes mal et non voyantes qui auront sans doute du mal à accéder aux données associées, un manque d’accessibilité des équipements que les fabricants ne semblent pas avoir pris en compte.

       

RETOUR AU MENU PRINCIPAL

 

 

Copyright © RadioScope - http://www.radioscope.fr - Mentions légales