accueil   à propos 

liens  

 

   guide radio      étrangères      radios du net            numérique      par la télé        autres ondes

 

 

   actu radio        dossiers          anciennes grilles      pubs tv            logothèque      radios disparues     dico radio      contact

 


 dossier

Linda Lorin

Interview réalisée en octobre 2009. A ce moment là, Linda Lorin était animatrice sur Ouï FM. Actuellement, vous pouvez la retrouver tous les matins sur Nova.

Bonjour Linda. Pour commencer, parle-nous de toi et de ton parcours...
Alors, actuellement je suis animatrice sur Ouï FM, ou je fais les matins. Et ça fait super longtemps que je fais de la radio, finalement, puisque je voulais faire ça depuis que je suis petite, depuis que j'ai 10 ans. J'ai donc fait tout pour réussir, et voila.

Et justement, comment t'es venue cette envie de faire de la radio ?
Je pense que c'est un petit peu comme tous les gens qui font de la radio ; c'est en l'écoutant, tout simplement. Moi j'ai grandi en écoutant France Inter, et j'étais fascinée par toutes ces voix qui me parlaient, en particulier Eve Ruggieri, et je voulais faire pareil. J'adorais ces voix.

As-tu une ou plusieurs voix, personnalités, ou émissions qui t’ont marqué, influencé ?
Y en a un paquet. Comme je disais, mes souvenirs de quand j'étais petite, et en particulier donc Eve Ruggieri qui présentait de la musique classique sur Inter. J'adorais aussi la météo marine. C'est un truc qui me fascinait. Et si un jour je peux faire la météo marine sur France Inter, alors là, ça sera le rêve de ma vie enfin accompli !

On enverra alors un mail à la direction d'Inter...
...mais juste une fois hein ! Je ne veux pas la faire tout le temps, juste une fois ! (rires)

Et à Ouï FM, non ? Ça pourrait être un concept.
Ah je pourrais la faire à Ouï FM si tu veux, mais je pense qu'il y a pas beaucoup de marins qui nous écoutent.

Tu fais partie de Ouï FM depuis maintenant plus de 10 ans. Comment expliques-tu cette « longévité » ?
Le talent. (rires) Non, mais je pense que c'est une famille Ouï FM, mine de rien. Et je pense que c'est une chance d'avoir le choix de faire plein de trucs différents. J'ai commencé en simple chroniqueuse, après j'ai fait une émission de ciné ("Autour de midi" ndlr), après j'ai fait la nuit... Donc les gens ne peuvent pas se lasser, et les gens qui dirigent l'antenne non plus. Je pense qu'il y a aussi une question de savoir se renouveler.

Comment est-tu arrivée à Ouï FM ?
De façon très normale : avec une maquette.

Et pourquoi Ouï FM plutôt qu'une autre radio (comme Inter) ?
Euh....c'est un hasard ! C'est la première qui m'a embauchée ! (rires). Non, mais j'en ai envoyé plusieurs à d'autres radios, celles qui te plaisent quand même, parce-que si tu n'en vises qu'une, forcément, tu réduis tes chances. J'ai du proposer à Nova, Ouï, Inter, RFI... toutes celles qui me plaisaient en fait.

As-tu un bon souvenir marquant que tu gardes de toutes tes années à Ouï FM ?
J'en ai tellement ! 10 ans de Ouï FM t'imagines... Mais la, ce qui me vient tout de suite, j'te dis ça peut-être parce-qu'on le passe beaucoup en ce moment, c'est -M- qui avait donné un concert ici dans l'accueil, et ça c'était un super souvenir. Mais après, il y a aussi toutes les interviews que j'ai fait dans "Autour de midi", c'était juste énorme ce que j'ai pu faire. Mais sinon j'en ai tellement que c'est impossible de t'en donner un précisement..

La même question dans l'autre sens : un mauvais souvenir ?
L'arrêt d'"Autour de midi", décidé par la direction. Ça faisait 5 ans que l'émission ciné était la, mais bon... une émission qui dure 5 ans en radio, c'est long. C'est partout comme ça aussi. Sauf que je l'aimais bien, c'était un peu notre bébé, avec Peter Fondu.

A Ouï FM, tu as rencontré et interviewé par mal de groupes et artistes. Mais y en a t-il certains que tu n'as pas fait, et que tu rêverais d'interviewer en particulier ?
Il y a Prince que j'ai vu à la Cigale lundi dernier (concert du 12/10/2009 ndlr). J'étais pas trop fan, mais pour le coup, depuis que je l'ai vue sur scène, j'adorerais l'avoir en interview, même si c'est pas forcément rock. Sinon, il y en a plein, tous ceux qu'on passe, j'adorerais les faire en interview. Je peux t'en citer plein : Muse, Devendra Banhart qui passe tout à l'heure... et j'adorerais être à la place de Dom Kiris qui va s'y coller....

Justement, Dom est celui qui rencontre le plus de monde ici...
C'est chacun son rôle. Dom il est hyper bon dans ce truc la. Il a une culture de malade.

C'est aussi un peu le "doyen" de la maison...
C'est clair. Moi je suis la depuis 10 ans, mais lui, depuis au moins 63 ans. Un jour il aura sa plaque. (rires) Non mais voila, c'est chacun son rôle comme je disais, et je respecte totalement.

Concernant tes « premières », elles ont des dates intéressantes d’après mes recherches : ta première à Oui FM s’est faite le 13 juillet 1998 (lendemain de la victoire de la France à la Coupe du Monde), et la première de ton émission ciné de Oui FM « Autour de midi », un 13 octobre 1999, date de sortie d’un petit film amateur nommé « La menace fantôme ». Coïncidence, ou tu l’as fait exprès ?
Tout est calculé dans ma carrière tu sais. D'ailleurs je serais là pour le retour de Star Wars épisode 12 ! (rires) Non, vraiment, c'était bien un hasard. Mais c'est vrai que la Coupe du Monde en revanche, ça m'avait super marquée, parce-que j'avais tellement les jetons. Imagine, ces gens qui hurlaient dans la rue parce-qu'on était vainqueurs, et moi je voulais juste dormir, parce-que ma chronique était à 7 heures du mat', et je n'y arrivais pas avec tous ces hurlements. Mais pour "La menace fantôme", là non, c'est juste une coïncidence.

Et le fait que ces 2 dates soient tombées un 13 ? Ca t'a porté bonheur ?
Ah ba bonheur, forcément... je sais pas. Mais non, en fait j'avais même pas remarqué, tiens.

Outre la radio, on peut aussi te retrouver à la télé (les maternelles sur France 5, Cinécinéma, MTV…). Comment s’est faite ton arrivée au petit écran ?
Par hasard. Parce-que je ne voulais vraiment pas faire de la télé, mais vraiment pas. J'étais déjà à Ouï FM avec mon émission ciné, et c'est un ami qui travaillait dans une petite chaîne de ciné qui s'appelait Ciné Info, qui m'a dit "on fait un casting pour une présentatrice d'un magazine de bandes originales de films". Et en l'occurrence, le ciné et la musique c'est un peu mon truc, la BO aussi en l'occurence. J'ai donc passé le casting, mais j'en avais tellement pas envie à tout prix, que j'étais du coup tellement décontractée, si bien qu'au final, j'ai été prise. Et après, le goût de la télé m'est venue. Mais vraiment, à la base, la télé de l'extérieur, j'y voyais que des gens avec un égo sur-dimensionné. Alors qu'à la radio, y a des gens qui ont aussi un égo sur-dimensionné, mais ça se voit moins. Mais voila, après, c'est vrai que c'est amusant la télé aussi. C'est une autre expérience, avec une autre façon de s'exprimer, et c'est vraiment agréable.

Si au final tu devais choisir entre la radio ou la télé, tu choisirais lequel des 2 ?
Je pense que ça serait la radio, au final. Mais ça serait dur, parce-que c'est rigolo aussi la télé.

Pour revenir à Oui FM, tu y fais actuellement le 9h30-13h. Mais je suppose qu’il y a du travail et des recherches pour alimenter quelques speaks en infos, plus les bons plans qui sont ta spécialité… Comment se déroulent  toutes ces préparations ?
C'est non-stop en fait. Tu peux marcher dans la rue, et tu vois une affiche d'une expo, par exemple... Ça peut être tout et n'importe quoi. Ce qui peut rentrer et que je peux trouver intéressant. Tu notes l'info, tu vas éventuellement voir l'expo ou le concert, et après tu le balances à l'antenne. Ensuite y a aussi les journaux évidemment, qui sont une grosse source. Internet aussi, parce-que je suis une grosse geek (rires), et les soirées. Ca peut être aussi via des amis qui te disent "est-ce que t'as vu ça" ou "tu savais que machin va faire ça"... C'est une sorte de réseau. Faut vraiment être à l'écoute non-stop de tout ce qui peut se passer autour de toi.

Par contre, les petits délires à l'antenne, eux, sont évidemment totalement improvisés...
Ca c'est Pierre Janaszak, mon réalisateur ! (rires). Les délires, les pétages de plomb... c'est juste super improvisé, oui. Sinon t'imagines... à la base, je suis pas comédienne, donc c'est et ça doit rester spontané.

Et y a eu dans le lot des moments devenus cultes. Comme le manège à capotes... (voir Zapping Radio n°18)
Mais ça existe, ce putain de manège ! (rires) Mais c'est ça aussi qui est agréable dans cette tranche horaire. C'est qu'on nous laisse vraiment une grosse liberté de pouvoir vraiment délirer. On est payé à rire. C'est quand même dingue.

Qu'est-ce que ton expérience radio t’a apporté, que la télé non ?
Les 2 sont un peu différents : en radio, il faut combler le vide, avoir toujours un truc à dire, en gros. Bien sur, il faut pas dire n'importe quoi non plus, mais tu ne peux pas laisser de silence. Il faut toujours parler. Parce-qu'un blanc à l'antenne, c'est moche. Alors qu'en télé, laisser un blanc n'est pas grave, parce-que t'as ton image, ton visage et ton sourire qui peuvent vraiment combler un truc. En radio, non. Quant à la spontanéité et la répartie tu l'as dans les 2, en radio et en télé.

Est-ce que tu écoutes beaucoup la radio actuellement ?
Pas actuellement, non, parce-que je travaille beaucoup. Mais j'écoute surtout le matin en fait. Ouï FM bien sur, mais pas que. J'essaye aussi d'écouter les autres, parce-que sinon tu fonctionnes en vase clos, et c'est vraiment horrible. Faut voir aussi ce qui se fait ailleurs. Ça peut être Manu sur Fun, Europe 1, la matinale de Virgin, Le Mouv'... J'écoute vraiment de tout.

Enfin pour clore, une petite question philo : selon toi, qu’est-ce que c’est, être « plus libre, plus rock » ? (attention, cette question ne sera pas au prochain bac) 
Être "plus libre, plus rock".... c'est écouter Ouï FM ! Le truc corporate à mort...(rires) Sérieusement, c'est ne pas aller dans le sens de l'opinion de tout le monde. C'est oser dire ce que les autres pensent tout bas, mais n'osent pas dire. Après, je sais pas si c'est aussi la conception de la radio, mais en tout cas pour moi, c'est ça, et c'est ce que j'essaye de faire depuis tout ce temps : t'éclates de rire, c'est pas de ta faute. Et t'as des matins ou t'as la tête dans les choux, et tu vas pas te forcer à dire "Waiii ! C'est trop bien !!!". T'es crevé, t'es crevé, quoi. Parce-que ça arrive à tout le monde. C'est être humain, quoi.

  
 

 

Copyright © RadioScope - http://www.radioscope.fr - Mentions légales