accueil   à propos 

liens  

 

   guide radio      étrangères      radios du net            numérique      par la télé        autres ondes

 

 

   actu radio        dossiers          anciennes grilles      pubs tv            logothèque      radios disparues     dico radio      contact

 


 anciennes grilles 

  IL ÉTAIT UNE GRILLE...

Une grille des programmes peut raconter beaucoup de choses ... Focus sur l'une d'entre elles pour l'approfondir, parfois en lien avec l'actualité.

 #2 - RADIO 7 1983-1984 : LA MÊME GRILLE, 7 JOURS SUR 7

L’ancienne radio jeune de Radio France dans les années 80, Radio 7, avait une bonne notoriété auprès de son public, malgré une vie mouvementée (voir rubrique « radios disparues »), et plusieurs changements de grilles. Parmi elles, il y en avait une qui était très intéressante par son originalité.

Nous sommes à la rentrée 1983. Marie-France Brière, qui dirige Radio 7 depuis fin 1981, va tenter de donner un nouveau souffle à la radio en lançant une nouvelle formule qui consiste en une seule grille fixe du lundi au dimanche ! Toute l’équipe de la saison précédente sera de la partie. Bien sûr, l’idée n’est pas de faire travailler les mêmes animateurs tous les jours ; chaque tranche comprend deux ou trois animateurs qui s’alternent tous les cinq jours. Certains pouvaient faire une semaine l’après-midi, et la semaine suivante le soir. Ainsi, l'antenne devient vivante 7 jours sur 7 !

La grille se construit ainsi :

  • une matinale de 6h30 à 9h30

  • des tranches musicales avec deux ou trois animateurs en alternance : 9h-12h (« Jet 7 »), 13h-16h et 23h-1h

  • deux tranches où deux émissions cohabitent en alternance : 16h-19h (« Les nouveautés » avec Rocky Chignole et « Rock » avec Jeff), 20h-23h (« Noire et funky » avec Sidney et « Music dance » avec Dee-dee)

  • deux tranches où l’on retrouve les émissions hebdomadaires, avec des émissions différentes chaque jour : 12h-13h et 19h-20h. Pour ces émissions, cette grille imposait qu’elles soient présentées en binôme par un animateur et un journaliste de la rédaction. C’est ainsi que l’on retrouvait Catherine Simon dans l’émission tropicale de Rémy Kolpa-Kopoul ou dans une émission avec Christophe Bourseiller, Éva Bettan dans l’émission de hard-rock « Prohibition » de Jeff, ou encore Michael Gentile animer une émission de faits divers avec Patrick Berthreu… A noter qu’on y retrouvait aussi un "espace de liberté" les mardis et jeudis à midi, dans lesquelles un animateur ou un journaliste pouvait faire une émission spéciale, voire tester une idée d’émission. A 19h le vendredi, l’heure était confiée à un journaliste issu de la presse qui avait carte blanche.

Ce concept de grille est resté inédit pour une radio jeune. Dans les années 60, voire 70, la plupart des grilles de programmes radiophoniques allaient du lundi au samedi (pour la majeure partie des émissions), seul le dimanche avait des émissions différentes. A noter que début 1982, après son arrivée à Radio France, Marie-France Brière avait déjà élargi la diffusion des programmes de la semaine au samedi, cela n’avait duré que quelques mois.

Cette grille ne sera pas renouvelée la saison suivante. Fin 1983, Marie-France Brière sera appelée par TF1 pour diriger l’unité des programmes de variétés de la chaîne (elle y amènera Sidney (ci-contre en photo) qu’elle avait repéré et recruté à Radio 7, et y présentera l’émission culte « H.I.P-H.O.P. », pionnière sur le rap à la télé française). Radio 7 changera donc de dirigeant, avec une nouvelle grille à la rentrée 1984 qui revient à la formule classique « Semaine + Samedi + Dimanche », avec plusieurs nouvelles recrues, et des départs. Cette grille marquera aussi la fin de ce que beaucoup appelaient « la première période » de Radio 7, qui laissa place en 1984 à une nouvelle équipe d’animateurs.

BONUS : qu’est-ce qu’on pouvait entendre dans la playlist de Radio 7 ? Quelques morceaux entendus dans les archives de 1984/1985…

-Niagara – Tchiki boum
-The Cure - The walk
-Grace Jones – Slave to the rythm
-U2 – New years day
-ABC – How to be a millionaire
-Daniel Balavoine - Les petits lolos
-Bronski Beat – Why
-Sade - Smooth Operator
-Taxi Girl - Paris
-Anne Clark - Our darkness
-New Order - Blue Monday
-Kraftwerk - Trans-Europe Express
-Eurythmics - Sex crimes
-Dead or Alive - You spin me round
-Jean-Michel Jarre - Zoolook
-Téléphone - Un autre monde
-Elton John - Nikita
-Art of Noise - Close (to the edit)
-Double - The captain of her heart


 

 #1 - NRJ 1998-1999 : L'ARRIVÉE DE CAUET, 20 ANS PLUS TÔT

En cette rentrée 2018, Cauet revient sur NRJ un an après l’avoir quitté pour les fins d’après-midi de Virgin Radio. L’arrivée de Cauet sur NRJ remonte à 2010, mais ce n’était pas la première fois à ce moment-là qu’il mettait les pieds rue Boileau. Non, la première fois remonte à 20 ans, en 1998…

Cette année-là, Christophe Sabot, alors directeur des programmes d’NRJ, réussit à débaucher Cauet de Skyrock où il assurait le morning. Fini le morning, l’animateur se voit confier la tranche de l’after (17h-20h), qui sera baptisée « Le gros zafternoon », illustrée par le slogan « C’est trop gros » martelé par la voix de Richard Darbois, qui était déjà la grosse voix d’NRJ à cette époque. Le contenu jonglait entre grosse dose de hits et courtes interventions et de sketchs autour de rubriques : le gros journal, le gros coup de fil, le gros jeu, le gros plan teuf... Mais l’émission peinait à trouver son public. Y avait-il un manque de liberté pour Cauet par rapport à Fun et Skyrock ? Il faut dire que les émissions « talk » ne s’imposaient pas sur NRJ, à l’inverse de ses concurrentes jeunes...  En tout cas, dans son équipe, Miko ne l’avait pas suivi dans cette aventure, ayant préféré rester à Skyrock.

Après une tentative de décaler l’horaire en décembre, le « Gros zafternoon » et Cauet disparaissent de l’antenne d’NRJ au bout de quelques mois, en janvier 1999. Mais Cauet n'est pas mis à la porte ; il se voit confier la direction antenne de Rire & Chansons, qui venait de développer son réseau à travers toute la France. Les fins d’après-midi de NRJ seront remplacées par « Planète Hit », qui se décline en décrochage local selon les villes (Planète Lyon, Planète Lille etc…) et qui perdurera de longues années à l’antenne.

Vous pouvez retrouver quelques jingles et une promo annonçant l'arrivée de Cauet sur NRJ dans ce son de Howcast (à la fin)

Et pour le reste de la grille de l’époque : Éric Jean-jean s’en allait pour RTL, l’occasion pour NRJ de mettre au 9h-13h une jeune recrue de la saison précédente qui avait commencé en y animant les nuits : Bruno Guillon, qui prend la suite du « Festival Roblès », morning phare de l'époque animé par un autre Bruno… Roblès ! Autre nouveauté de la saison : « Le tremplin NRJ », le dimanche soir à 22h, un casting en direct de DJ et d’animateurs ouvert à tous, qui s’essayaient au micro aux côtés d’Emmanuel Foissotte. Et aussi, beaucoup de chroniques, en vrac : Sportnews (François Trillo), Motornews (Thierry Clopeau), Cinénews (Bertrand Lesguillons), NRJscoop et Citynews (Emmanuel Jayr), Une minute pour un projet et Le mag étudiant (Laurent Bonnet)...

  
 

 

Copyright © RadioScope - http://www.radioscope.fr - Mentions légales