accueil   à propos 

liens  

 

   guide radio      étrangères      radios du net            numérique      par la télé        autres ondes

 

 

   actu radio        dossiers          anciennes grilles      pubs tv            logothèque      radios disparues     dico radio      contact

 


 dossier

LA RADIO NUMÉRIQUE

I - POURQUOI PASSER AU NUMERIQUE ?

La Radio Numérique, c’est d’abord et avant tout un changement de technologie. Pourquoi abandonner les bandes FM et AM qui offrent déjà une très bonne qualité de service ? Est-ce un pas de plus vers la numérisation complète de la société ?

1)  La radio : seul média français à ne pas avoir franchi le pas.

Depuis la fin du XXème siècle et l’avènement de l’ordinateur, mois après mois, année après année, le monde des médias avance à pas rapides sur le chemin de la numérisation. Tout a commencé avec la télévision et les premières chaînes du câble et du satellite (plusieurs centaines aujourd’hui), puis ce fût au tour d’Internet et des informations disponibles en temps réel sur les sites des grands quotidiens ou sur des portails dédiés (Yahoo, Google…). En 2005, deuxième étape de modernisation de la télé, la TNT : télévision numérique terrestre. S’en est suivi le succès des téléphones multimédias équipés de connexion Internet et qui, pour certains, captent aussi la télévision. Et la radio dans tout ça ?

Il y a bien les webradios. Nées au début des années 2000, elles se comptent par dizaines, et offrent un panel de programmes très diversifiés. Il s’agit pour la plupart de flux musicaux, agrémentés d’émissions. Des stations souvent associatives (les webradios commerciales sont apparues très récemment et envisagent souvent un développement sur le numérique) et qui pour la plupart ont aujourd’hui de graves problèmes financiers.

Les fermetures de webradios où les fusions d’associations sont fréquentes (Radio 13, par exemple, à rejoint l’an dernier le groupe Mixx Radio pour devenir Mixx Radio Gold). Il faut affronter les sociétés de droits d’auteurs (SACEM) qui réclament plusieurs milliers d’euros par an. Des sommes astronomiques pour des radios qui ne profitent d’aucune aide publique et ne survivent que grâce aux cotisations et dons de leurs membres ou auditeurs. Certaines ont eu la chance de percevoir quelques rentrées publicitaires. Quelques centaines d’euros qui donnent un peu d’air, rien de plus. Une décennie après son apparition, le monde de la webradio est déjà en danger. Pourtant, le système fonctionne plutôt bien à l’étranger comme en Allemagne ou aux Etats-Unis, où les audiences sont bien meilleures.

La radio sur Internet, c’est aussi le Podcast. Ce système permet aux internautes de réécouter leurs émissions favorites à n’importe quel moment et n’importe où. Par exemple, un aficionado des Grosses Têtes de RTL en déplacement à Los Angeles ne peut pas suivre son programme à l’heure de diffusion avec le décalage horaire (8h/10h pour 16h/18h en France). A son retour à l’hôtel le soir, il lui suffira de se connecter sur le site de la station et de cliquer sur un lien pour ne rien rater des meilleurs jeux de mots de Philippe Bouvard.

Le Podcast, toutes les radios s’y sont mises. Les antennes généralistes comme les musicales (elles proposent de réécouter le meilleur des matinales par exemple). Il y a même des émissions faîtes exclusivement pour le Podcast ; à son départ de Fun Radio, l’animateur Max en a réalisé quelques unes. Un programme sans musique avec une petite bande de chroniqueurs. L’aventure n’a duré que quelques mois.

Les radios se félicitent des chiffres du Podcast (plus d’un million de téléchargements par mois pour RTL), des chiffres à interpréter. Le Podcast fonctionne comme un abonnement. L’utilisateur le télécharge spontanément une première fois. Par la suite, à chaque mise à jour, la nouvelle émission se charge automatiquement sur son ordinateur, même si l’internaute ne l’écoute pas. Jusqu’à ce qu’il mette fin à son abonnement, de nouveaux fichiers viendront régulièrement s’ajouter à son disque dur… et aux comptes de la radio qui produit l’émission.

Webradio et Podcast sont deux modèles de radio numérique existants  mais leur audience reste marginale : selon Médiamétrie, 1 million de français déclarent avoir écouté au moins une fois une webradio. Sur les 13 millions de foyers français connectés au web, ça ne fait pas beaucoup.

La question est posée : l’arrivée de la radio numérique dans les voitures, les chambres et les cuisines ne risque-t-elle pas de subir les mêmes déconvenues ? Pour trouver un début de réponse, il faut aller à l’étranger, là où la radio numérique est une réalité depuis plusieurs années. C’est le cas en Corée, aux Etats-Unis, en Allemagne ou au Royaume-Uni. Selon une étude réalisée en 2007 chez nos voisins anglais, le marché du numérique représentait 10% de la consommation radio de Grande Bretagne, pour un total de 100 millions d’heures d’écoute par semaine. Le quart des foyers anglais étaient équipés d’un poste de réception de radio numérique (6 millions d’exemplaires vendus dans le pays). « La radio numérique est une vraie source de dynamisme des marchés de l’audio traditionnel explique-t-on chez Sony. Elle a permis de relancer le marché de la vente de postes de radios qui était un peu en perte de vitesse ».

Comme Rome ne s’est pas faite en un jour, le numérique a mis du temps à s’imposer outre-manche. Les expérimentations ont débuté en 1994 mais les premiers récepteurs à prix abordables ne sont arrivés dans le commerce qu’en 2002 (30 000 exemplaires au prix fort - près de 500€ - avaient tout de même déjà été vendus). Pour promouvoir la nouveauté, une vaste campagne de publicité a été engagée par un groupement de radios (dont la BBC, cf. photo)) ce qui a fait décoller le marché. Aujourd’hui, les britanniques ont le choix entre 250 radios dont une douzaine de stations nationales et de nombreuses antennes locales et régionales. Dans certaines villes, il peut y avoir jusqu’à 50 radios. L’analogique n’a cependant pas disparu, et son enterrement n’est pas programmé avant 2020… plus de 25 ans après l’apparition du numérique. En Allemagne, premier pays à annoncer la disparition de l’analogique en 2001, la date fixée est 2015 : 16 ans après l’apparition du numérique. Sachant que la France s’y met tout juste, la bande FM a encore de beaux jours devant-elle.

Le gouvernement français est pourtant décidé et le processus lancé. Les premières émissions en numérique doivent débuter à la fin de cette année 2009, on parle du mois de décembre. Le calendrier initial prévoyait un démarrage fin 2008-début 2009… déjà (au moins) un an de retard ! Les appels à candidatures du CSA et les tests techniques ont pris plus de temps que prévu.

Actuellement, les radios utilisent principalement la bande FM (en modulation de fréquences), mais elles ne sont pas seules. L’armée, l’aviation, les routiers font aussi partie des clients. La bande FM est saturée, notamment dans les grandes métropoles (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille…). Ejecter les radios de la FM libérerait de la place et permettrait d’octroyer des fréquences aux télécom. La radio va migrer vers la bande III, utilisée actuellement par CANAL +. Jeu de chaises musicales : avec la TNT et le satellite, la chaine cryptée commencera à libérer quelques unes de ces fréquences dès la fin 2009, et au plus tard fin 2012, avec l'extinction de la télévision analogique hertzienne.

Emetteur VHF bande III (source : www.tnt62-nord.fr)

RETOUR AU MENU PRINCIPAL

 

 

Copyright © RadioScope - http://www.radioscope.fr - Mentions légales