accueil   à propos 

liens  

 

   guide radio      étrangères      radios du net            numérique      par la télé        autres ondes

 

 

   actu radio        dossiers          anciennes grilles      pubs tv            logothèque      radios disparues     dico radio      contact

 


 

retour sur 10 ans de radio

LA RADIO, ENFIN NUMÉRIQUE ?

Pour ce dernier retour en arrière sur 10 ans d'actu radio, c'est avec un sujet actuel, qui fait aussi parler depuis des années, et qui est tourné vers l'avenir. Car la RNT (ou Radio Numérique Terrestre) est résolument annoncée comme la radio de demain.

Seulement, son arrivée en France ne se fait pas sans embûches... L'arrivée de la RNT, on en parle depuis 20 ans ! A l'époque annoncée sous la norme DAB, il devait s'agir d'une nouvelle révolution radiophonique. Des tests étaient également réalisés dans quelques grandes villes de France, mais ce n'est pas allé plus loin. La vraie révolution radio, dans les années 90, sera au final la mise en place du RDS sur la bande FM...

Pour revenir à la RNT, elle est le sujet principal dans le monde de la radio depuis le début des années 2000. Tests, démonstrations, consultations et expérimentations s'enchaînent pour mettre en valeur la diffusion en DAB. Les tests réalisés par les réseaux nationaux et régionaux sur Paris, Lyon, Marseille, Nantes et Toulouse avaient permis à l'époque de se rendre compte de ses avantages, mais restaient beaucoup trop confidentiels. Pourtant, des groupes comme RTL ou NRJ souhaitaient que son développement soit accéléré.

En 2007, le gouvernement franchit une étape dans son développement, et annonce choisir le T-DMB comme norme officielle pour la radio numérique en France. Un choix incompréhensible pour beaucoup, dont les radios indépendantes. Le T-DMB, qui fait de la vidéo, n'est utilisé officiellement qu'en Corée du Sud pour la télévision mobile ! D'autre part, il est très difficile de trouver des récepteurs compatibles avec cette norme, dans une Europe ou la RNT se développe avec le DAB, et le DAB+, qui offre davantage de données multimédias. Malgré tout, le CSA lancera un appel à candidatures, avec pour objectif de lancer la RNT en France d'ici fin 2009, au risque d'isoler la France du reste de l'Europe, techniquement parlant...

Première étape : Paris, Marseille et Nice. Toutes les radios nationales avaient répondu présents, avec de nouveaux projets. Mais cette RNT peine à arriver, et ne verra jamais le jour, mettant en péril les nouvelles radios autorisées : TF1 ferme LCI Radio, qui émettait sur le web en attendant le lancement de la RNT, et qui espérait pouvoir obtenir une fréquence FM à Paris en attendant le vrai démarrage, en vain. L'aventure aura durée 2 ans pour la chaîne privée. Europe 1 Sport, qui émettait en FM sur Paris, avait réduit ses moyens quelques mois après son lancement, pour fermer définitivement en ne voyant pas la RNT arriver. Idem pour RTL-L'Equipe. La faute au choix du T-DMB ?

En parallèle, la RNT réalise des tests officiels sur Nantes, puis Lyon, et Marseille. Une initiative lancée par des radios locales associatives et indépendantes, réunies pour espérer faire avancer les choses. Les "nouveaux réseaux indépendants" (Radio FG, Nova, TSF Jazz, Ouï FM, France Maghreb 2...) se joignent également à ces expérimentations, y voyant là une solution pour se développer là ou elles peinent à obtenir une fréquence FM.

En 2013, le DAB+ s'ajoute aux normes officielles de la RNT française, Rachid Arhab, chargé au CSA du dossier de la RNT, en ayant fait la demande auprès du gouvernement. Avec ce changement de norme et le fait que plusieurs projets de radios aient jeté l'éponge entre temps, tout est remis à zéro. Début 2012, de nouveaux appels à candidatures sont lancés, toujours pour Paris, Marseille et Nice. L'arrêt de la télévision analogique permet par ailleurs d'avoir plus de place pour de nouvelles radios.

Seulement, il y a un couac : l'ensemble des grands groupes privés se sont réunies au sein d'un "Bureau de la Radio" pour boycotter cette RNT ! RTL Group, Lagardère Active, NRJ Group et NextRadio TV refusent de participer aux appels à candidatures. Selon le Bureau : "Le projet RNT, tel qu’il est présenté aujourd’hui, n’a fait l’objet ni d’une instruction technique et économique approfondie, ni de la recherche d’adhésion qui auraient permis de garantir son succès (...) Aucune étude d’impact sérieuse n’a été conduite ou communiquée sur l’effet de ce lancement sur le marché publicitaire de la radio et les charges d’exploitation des opérateurs." La RNT apportant de nouvelles radios, les radios historiques craignent ainsi un renforcement de la concurrence. Mais ce frein ne bloquera pas le CSA qui compte bien lancer la RNT, tout comme les radios indépendantes qui militent pour.

Entre la délivrance des autorisations et le lancement, la RNT aura connue quelques embûches : un recours gracieux au CSA déposé par NRJ Group, des multiplex abandonnés faute d'accord entre radios sur le choix de l'opérateur chargé d'exploiter le multiplex concerné, et l'abandon de plusieurs radios avant le lancement : R2O (projet de radio pour les enfants), Nova, Skyrock, Radio Classique etc. Au final, la RNT sera officiellement lancée sur Paris et Marseille le 20 juin 2014, et 2 mois plus tard à Nice, après 20 ans de galères.

Un lancement qui est resté malheureusement confidentiel. Aucune communication n'est faite auprès du grand public pour leur annoncer l'existence de la radio numérique. Tout comme les récepteurs DAB+ difficiles à trouver dans le commerce... Seuls les radios concernées en font la promo auprès de leurs auditeurs, avec parfois la possibilité de gagner un récepteur.

A l'heure actuelle, avec une offre entre une trentaine et une cinquantaine de radios indépendantes et associatives, dont de nouveaux projets (Crooner, Euronews Radio...), on peut pour le moment considérer la RNT comme un bouquet de radios complémentaire voire alternatif à l'offre proposée par la FM sur les 3 villes ou elle est présente. En attendant un jour de voir, peut-être, les réseaux privés y arriver... Car la RNT est aussi (et surtout !) une solution pour une grande radio de pouvoir émettre dans des villes ou elle n'est pas forcément présente en FM. Et le cas de Strasbourg est ici un bel exemple, avec les autorisations abrogées de Ouï FM, du Mouv' et de Skyrock, faute d'accords avec l'Allemagne, et ou bon nombre de réseaux nationaux n'émettent pas. Strasbourg fait justement partie des prochaines étapes du déploiement de la RNT par le CSA, mais est-ce que les réseaux suivront ?

Nul doute que la RNT en est à ses premiers balbutiements. C'est également le cas dans d'autres pays d'Europe ; si la RNT s'est bien développée en Grande-Bretagne, en Suisse, en Norvège, en Allemagne ou encore aux Pays-Bas, elle est encore en plein développement chez les autres pays voisins. La France n'est donc pas forcément en retard sur ce sujet, et son histoire ne fait que commencer...

RADIOSCOPE ET LA RADIO NUMERIQUE

Les fréquences actuelles de la RNT en France

Les fréquences de la RNT en Europe

  
 

 

Copyright © RadioScope - http://www.radioscope.fr - Mentions légales